Humanitaire : L’ambassade de Suède, l’UNICEF, le PAM et l’OIM s’engagent à travailler pour l’amélioration des conditions des vies de la population de Tanganyika.

L’ambassade du royaume de Suède en RDC, le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), le Programme Alimentaire Mondial (PAM) et l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) ont procédé ce mardi 14 décembre 2021 à la signature du protocole d’accord qui vise à assister près de 6000 ménages dans la province de Tanganyika.

L’ambassadeur de Suède Henric Râsbrant a fait savoir que la signature de cet accord avec ces trois partenaires est liée à la transition de la Mission de l’organisation des nations unies pour la stabilisation en République Démocratique du Congo dans cette province. Avec pour objectif de combler le vide qui pourrait se créer après le départ de la MONUSCO au Tanganyika.

« Il s’agit d’entamer une approche intégrée entre l’aide urgence humanitaire à court terme et aussi une aide qui sera dirigée pour le développement durable de la province à long terme pour renforcer la résilience mais aussi très étroitement liée à la paix, à la stabilité et à la sécurité » a déclaré Henric Râsbrant.

Il a cependant souligné que cette assistance sera faite à travers différents projets qui mènent à l’assistance des personnes déplacées, à l’agriculture durable et tant d’autres qui sont multisectoriels pour aider les populations locales à développer et renforcer la résilience dans la communauté et réduire les besoins humanitaires.

Pour sa part, Kerstin Karlstrom qui a pris parole au nom de l’UNICEF a estimé que ce projet permet de réduire les besoins humanitaires mais aussi pour améliorer les conditions des vies de la population en général et des enfants en particulier.

De son côté, la directrice adjointe du PAM en RDC Nadazdin Natasha a signalé que son organisation ensemble avec ses partenaires ont pris l’engagement de s’investir dans la résilience des populations vulnérables en vue d’élever les compétences des populations, fournir des solutions durables, améliorer leur technique d’agriculture, élaborer des programmes d’alphabétisation et renforcer le tissu de société qui est extrêmement important dans les zones où le retrait de la MONUSCO s’est effectué.

Le Chef de mission de l’OIM en RDC Fabien Sambussy a souligné que ce projet est d’une grande importance car il va permettre à son organisation de bien mener leur projet et redémarrer une dynamique de développement le plus rapidement possible.

Il a par ailleurs martelé que qu’il est important de pouvoir travailler sur les postes urgences plutôt de rester focalisé sur les personnes déplacées, tout en les encourageant à regagner leurs demeures respectives et de reprendre les activités génératrices mais aussi de remettre l’Etat dans son rôle de moteur du développement de la province.

« La province de Tanganyika hormis, certaines zones frontalières avec les Maniema et Sud Kivu, est une province globalement pacifiée. En 2016 quand on avait commencé nos activités , il y avait 70% de la province était en conflit. Et aujourd’hui, ce sont juste des petites poches isolées » a précisé Fabien Sambussy.

Il sied de signaler que ce projet sera financé par la Suède à un montant de 1,6 million USD pour les activités de renforcement de la résilience du PAM et de la FAO sur trois ans (2022-2024) dans la province du Tanganyika et permettra de renforcer le bien-être nutritionnel, les compétences et les moyens de subsistance de 6.000 ménages de petits exploitants agricoles dans les territoires de Kabalo et de Nyanzu.

Herman Tumpa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *