Kinshasa : la population est appelée au reboisement pour lutter contre le réchauffement climatique

« La disparition des espaces verts à Kinshasa », c’est la thématique abordée au cours de ces échanges qui ont suscité plusieurs débats entre les intervenants et les participants. En vue de sensibiliser la population sur l’importance de la conservation de la nature pour lutter contre le réchauffement climatique.

C’est dans le cadre de son programme radio-filmé : « Débat Hirondelle » à l’initiative de la Fondation Hirondelle, qui a eu lieu cette fois-ci dans la salle père Boka du Centre d’Etudes pour l’Action Sociale (CEPAS).

A en croire Luc Tutala Expert en développement environnemental, l’importance de la nature est l’un des atouts à la vie et sa conservation permet à combattre le réchauffement climatique surtout en ce temps. « Il n’y pas la vie sans nature », a-t-il déclaré.

De son côté, Louis Atundu passionné de la nature dit avoir des regrets de constater la disparition des espaces verts de Kinshasa.

Selon lui, l’homme est la cause principale de cette problématique ainsi un sérieux relâchement des autorités du pays.

« Nous sommes responsables et c’est à nous de y mettre pour la réparer », a-t-il martelé.

Cependant, le ministre provincial de la centralisation et développement Didier Tenge Luto a souligné que son gouvernement est derrière l’idée du chef de l’état Félix Antoine Tshisekedi du reboisement de la ville.

Le projet a pour but l’implantation de plus au moins 1 milliards d’abres à Kinshasa dont 7000 milles arbres ont été déjà implanté à travers la capitale.

Le ministre provincial de la centralisation et développement a par ailleurs signalé à la population que des peines sévères conformément aux lois congolaises seront appliquer à tout qui ceux qui ont construits près de la rivière et même des constructions anarchiques qui sont parmis les causes de la disparition des espaces verts à Kinshasa.

Pour ce faire , Didier Tenge Luto invite les uns et les autres de s’approprier cette initiative et de reboiser.

Treggard Lukala

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *