Haut Katanga : Remise des Kits de réinsertion scolaire aux enfants issus des carrières minières de Kipushi.

Le Fonds Nations Unies pour l’enfance et l’Association des Femmes pour le Développement Communautaire (AFEMDCO) ont procédé à la remise des kits de réinsertion scolaire aux enfants sortis des carrières minières de Kipushi dans la province du Haut Katanga.

Cette cérémonie s’inscrit dans le cadre de la clôture des activités liées au mois de la femme célébré sous le thème de la campagne UNICEF,  » les filles d’abord : Ma voix est notre voix  »

Dans son allocution, la coordonnatrice de l’AFEMDCO Nenette Mwange fait savoir que son organisation met en œuvre le projet d’appui multisectoriel éducation et protection pour faciliter la réinsertion scolaire des enfants utilisés dans les carrières minières notamment celles de Kipushi.

A ce stade, déjà 271 enfants déjà sortis et sont bénéficiaires de ces kits sur les 500 enfants visés.

L’ONG a en outre renforcé les capacités des parents et des acteurs sociaux qui ont fait de cette lutte leur cheval de bataille, selon Nenette Mwange

A en croire le Chef de Bureau UNICEF Lubumbashi Jérôme Kouachi, les enfants représentent 57 % de la population totales selon leurs dernières enquêtes; 33% des femmes dont l’âge varie entre 20 et 24 ans se sont mariées avant l’âge de 18 ans.

« Dans les villages, secteurs du Haut Katanga, le mariage et grossesse précoce est une réalité et perçu comme un phénomène normal par la majorité des membres de la communauté, en particulier par le détenteurs et gardiens du savoir des coutumes» indique-t-il.

Hormis ce phénomène, les violences basées sur le genre, le phénomène des travails des enfants dans des carrières des mines, y compris l’exploitation et l’abus sexuels constituent un véritable blocage de l’autonomisation socio-économique de la jeune fille.

Selon, L’UNICEF par le biais de son chef de bureau de la ville de Lubumbashi, la population de ce coin du pays ne maitrisent pas les pratiques familiales essentielles telles que la vaccination, l’enregistrement des naissances, l’assainissement des milieux et tant d’autres.

Une ignorance qui contribue aux violences des droits de l’enfant dont le travail des enfants s’élève à 21%.

Des témoignages émouvants des enfants issus des carrières minières, ne laissent personne indifférente, telles l’injustice, les travaux forcés, les violences physiques et sexuelles.

Pour ce faire, les enfants doivent être placés au premier plan pour mener leurs propres plaidoyers, à travers les sketches, de la musique en vue de faire voir au reste du monde les différents problèmes aux quels ils sont confrontés entant qu’ enfants utilisés dans le secteur des mines.

Prenant parole au nom de tous les enfants sortis des carrières des mines, Kabedi Bafuafua invite l’exécutif provincial à appuyer les efforts des partenaires tels que l’UNICEF et Global Battery Alliance (GBA) dans ce processus avec le projet multisectoriel pour la réintégration sociale des mineurs utilisés dans les mines.

L’exécutif provincial est également appelé à soutenir le plan d’action de lutte contre les travaux des enfants en vue de répondre à l’engagement de la RDC entant que signataire de la Convention Internationale des droits de l’enfant conformément à son article 32.

Cependant, le ministre provincial des mines et hydrocarbures Georges Mawine Kaindu salue le travail abbatu à travers le fonds pour la prévention de travail des enfants dans les communautés.

Il a par ailleurs réaffirmé l’engagement et la détermination de son gouvernement pour relever ce défi à l’horizon 2025, en instaurant une exploitation minière responsable et éthique sans présence des enfants.

Cette cérémonie a été clôturé par la remise des kits à chaque enfant, avec un sentiment du devoir accompli du côté des organisateurs.

Herman Tumpa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *