L’insécurité à l’Est : Que faire en peu de mot? (tribune de Palmer Kabeya)

La question sur l’insécurité dans la partie Est de la république démocratique du Congo, notamment dans les Nord et Sud Kivu ainsi que la province de l’Ituri suscite encore débat et objet de réfléxiion dans le chef de certains acteurs politiques, activistes pro-democratie, penseurs et religieux.

Les tueries à répétition dans toutes ces zones en proie à l’insécurité des groupes armés a révolté la population locale ces derniers jours au point d’exiger le départ des casques bleus pour inefficacité.

Face au tableau sombre et macabre que présente la situation de l’Est de la RDC, Palmer Kabeya Mikishi, activiste pro-democratie énumère une série de propositions :

1. Rétablir le regroupement des réfugiés ( Ouagandais, Rwandais et Burundais) dans les camps. Les camps ont été détruits en 1996 à l’entrée du FPR/UPDF/FAB sous Museveni, Kagama et Buyoya. Ceci permet d’abord d’identifier tous les réfugiés et bien les gérer tout en respectant le DIH. La finalité est d’appliquer les solutions durables à ces réfugiés ( retour ou réinsertion ou réinstallation ailleurs au monde). C’est la RDC qui doit prendre le premier pas et exiger l’ONU à travers ses agences (UNHCR, UNICEF, PAM, PNUD) et les ONG à l’appuyer pour ce programme d’urgence.

2. Encercler les rebelles étrangers où ils sont déployés, ne pas les attaquer et exiger que les pays d’origine dont l’Ouganda, la Rwanda et le Burundi négocient avec eux pour qu’il y a une solution politique aux crises socio politiques dans ces trois pays. La RDC doit taper du poing sur la table de l’UA, de l’ONU pour exiger ces dialogues avec des menaces claires à ces trois pays que s’ils refusent de négocier avec leurs frères, la RDC va laisser les laisser aller chez eux par force. Ici il faut responsabiliser les NU car ce sont eux qui ont permisl’entrée de ces armées étrangères sur le sol congolais.

3. Le gouvernement congolais doit trouver une formule interne pour gérer les combattants patriotes nationaux qui se sont battus aux côtés des FARDC pour faire face à l’AFDL, RCD, CNDP et M23. Un certain dialogue avec eux pour trouver une issue pour eux. J’ajoute que la majorité des armes qu’ils détiennent les ont été donnés par les gouvernements successifs pour appuyer les Fardc à combattre l’agression.

4. Appliquer les résolutions du Rapport Mapping càd rechercher ces criminels et les traduire en Justice, tu verras que bcp vont avoir peur

5. Projets de grande envergure pour encadrer tous les jeunes chômeurs

6. Promouvoir la bonne gouvernance : justice vraiment juste, élections transparentes, carte d’identité pour citoyen, bonne gestion des minerais ( revoir les contrats leonins, traçabilité, …)

7. Enfin, mettre fin au discours tribaux et discriminatoires: dialogue communautaire, cohésion sociale, discours rassurants et rassembleurs, unité nationale, punir sévèrement le tribalisme

Lionel Kioni

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *