Clôture de la 2 ème édition de la foire des femmes des médias : Les chevalières de la plume appelées à la maîtrise d’outil informatique et de s’adapter à la TIC

Plusieurs activités qui ont marqué cette troisième journée de la deuxième édition de la foire des femmes des médias, au menu des panels, des témoignages et tant d’autres, en vue de sensibiliser ces dernières dans la perfection de son travail et aussi encourager et orienter la jeunesse féminine qui aspire à ce métier.

Dans son intervention,
Challim Musombo Chargée de médiation emploi de Kinshasa Digital Académie a parlé sur la technologie de la communication en période de Covid-19, a présenté au grand public, ce qu’elle a donné aux femmes pendant le confinement. Grâce à son travail les femmes journalistes ont pu travailler à la maison.

Elle a egalement, encouragé les femmes à maîtriser l’outil informatique, à s’adapter aux Technologies de la Technologie de l’Information et de la Communication.

De son côté, Christiane Ekambo la Directrice générale du média en ligne journal des Nations, qui a intervenu sur les technologies de l’information et de la communication, avec comme sous thème, les défis et opportunités pour la femme des médias en RDC, a laissé entendre que la communication a été non seulement, un outil important pendant la Covid-19 pour nous rapprocher, mais aussi une opportunité offerte aux femmes de travailler en télétravail.

Pour elle, en RDC la Covid-19 est un mal nécessaire, car ceci a permis aux femmes congolaises de saisir l’occasion pour travailler en télétravail et plusieurs d’entre elles ont reçu des prix en parlant de coronavirus en digital, notamment Mathy Musau journaliste de forum des as.

L’Union Congolaise des Femmes des Médias ( UCOFEM) et l’Association Congolaise des Femmes journalistes de la Presse Écrite (ACOFEPE) s’étaient engagés à renforcer les capacités des femmes à la formation sur le journalisme web.

Cependant, Christiane Ekambo Munoki a invité les femmes à se perfectionner, à s’adapter à être multimédia pour être bien informée. Mais aussi à relever les défis qui sont notamment, la maîtrise de la langue, l’accès aux infrastructures, les ressources financières, le manque de formation.

Elle est restée convaincue qu’après la crise, les TIC seront plus que jamais le fondement du monde numérique et constitueront sans aucun doute la clé du redémarrage et du rebond de l’économie mondiale. Par ricochet, le taux des femmes ayant maîtrisé les technologies de la communication sera sans nul doute en hausse.

Herman Tumpa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *