Les langues ne cessent de se délier après l’assassinat de l’ambassadeur Italien dans l’Est de la République Démocratique du Congo.

Christian Lima Ngaba, membre d’Amnistie Internationale et Coordonnateur du Mouvement Citoyen de l’Union des Jeunes pour le Respect de la Constitution (UJRC) appelle le gouvernement congolais à reconnaître la présence de l’armée rwandaise et ougandaise dans cette partie du pays, auteurs de plusieurs massacres dont nos compatriotes sont quotidiennement victimes.

Cet activiste pro-democratie déplore cependant l’irresponsabilité du régime en place dans la gestion de la nation.

« Pour Félix Tshisekedi, la sécurité sera renforcée dans la partie orientale juste à travers cette tragédie alors qu’il y a des milliers de Congolais innocents qui perdent la vie depuis plusieurs années et qu’il n’a jamais consacré ses ressources à l’instauration de la paix dans la partie Est de la République démocrate du Congo », a indiqué Christian Lima Ngaba.

Celui-ci invite les Nations Unies et la communauté internationale à prendre des mesures adéquates face à l’insécurité dans l’est de la République démocratique.

«Je souligne que le pouvoir en place est complice de la mort de l’ambassadeur italien tout en refusant de dire au monde que les rebelles hutus rwandais des FDLR étaient derrière cette attaque qui a coûtée la vie de M.Luca Attanasio », a-t-il souligné.

Toutefois, cet activiste pro-democratie appelle le chef de l’État au respect de la loi fondamentale.

Herman Tumpa 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *