Situation sécuritaire à l’Ituri : SOCAP plaide pour la restauration de la paix durable de cette province

Suite à l’incursion spectaculaire des miliciens de la CODECO du vendredi 04 septembre dernier à Bunia dans la province de l’Ituri, la société civile des avocats de la population congolaise (SOCAP) partage l’amertume et le désespoir de cette population victime de ce drame.

Dans un communiqué parvenu à la rédaction de c-actu.com, la SOCAP invite la délégation des parlementaires qui sejourne déjà à Bunia, d’être à l’écoute de toutes les couches de la population.

Selon Jean Bosco Lalo coordonnateur national de cette plate-forme estime que leur rapport suffirait pour éclairer la lanterne du chef de l’état, ainsi que celle de l’opinion tant nationale qu’internationale.

Cependant, le bureau national de la SOCAP souligne que de février à septembre de cette même année, la province de l’Ituri a connu le plus sombre moment de son histoire : plus 2099 personnes massacrées, plus 214 personnes kidnappées, plus 260 personnes blessées, plus de 1000 de vaches et 1519 chèvres pillées, 98 écoles primaires, 42 écoles secondaires, 46 bâtiments administratifs détruits et 13 zones de santé saccagées, plus de 5 000 000 des personnes jetées dans la rue (les déplacés internes et réfugiés).

En outre, le bureau national de la SOCAP salue la mission du vice premier ministre, ministre de l’intérieur, sécurité et affaires coutumières Gilbert Kakonde dans cette province.

A cet effet, ce dernier est appelé à fixer clairement l’opinion par rapport aux innovations qu’il apporterait actuellement.

 » Sachant que les forces vives de l’Ituri ne jurent que par le renouvellement des membres du comité provincial de sécurité, sans aucune exception, l’actuel d’absence du dévouement. Sinon, la mission annoncée en Ituri serait une peine perdue, voir une ritournelle (temps, argent des contribuables congolais, etc… seraient gaspillés), a déclaré Jean Bosco Lalo coordonnateur national de la SOCAP.

Herman Tumpa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *