JM contre les hépatites virales : Evelyne Mulemangabo plaide pour l’industrialisation de la plante « Artemisia »

Dans son intervention à l’occasion de la journée mondiale contre les hépatites virales célébrée le mardi 28 juillet 2020 à l’initiative de la clinique Astrid, Evelyne Mulemangabo coordonnatrice nationale du réseau des femmes et Artemisia s’est employée à expliquer et à présenter à ses interlocuteurs le bien fait de la plante Artemisia, une plante qui consiste à guérir le paludisme qui est très souvent utilisée dans les communautés surtout dans la partie Est du pays précisément au Nord Kivu.

Selon Evelyne Mulemangabo, non seulement l’artemisia soulage d’une manière spontanée le corps mais aussi et surtout contribue à accroître les revenus.

L’appel du chef de l’état pour soutenir et amener les chercheurs à se mettre ensemble pour faire face à la pandémie de COVID-19. Le réseau des femmes et Artemesia estime que cela est une opportunité pour les femmes qui évoluent dans l’agriculture pour maximiser leurs revenus.

Après les essais cliniques qui ont été lancé pour la plante Artemesia, l’heure est plutôt à l’augmentation de la production en vue de permettre à ces derniers de bien effectuer leurs recherches afin d’obtenir les résultats attendus pour éradiquer la pandémie de COVID-19.

« Nous avons un problème de la disponibilité des produits et nous devons avoir un stock suffisant afin de permettre à nos chercheurs à un bon train dans leurs travails pour un résultat escompté  » a fait savoir Evelyne Mulemangabo.

En ce qui concerne les études menées sur cette substance, cette structure des femmes qui oeuvrent pour le développement révèle que plusieurs aspects ont été découverts dans cette plante à savoir : sur le plan environnemental, social etc…

Sur le plan environnemental, c’est est une plante qui n’a aucun effet secondaire ou nuisible à l’environnement.

Du côté social, elle permet de stabiliser l’aspect ménage et famille.

« Nous avons moins de maladies lorsque cela est utilisée et consommée comme tisane. C’est également une opportunité pour les femmes de pouvoir s’autonomiser » a-t-elle signalé.

Il convient de signaler le réseau des femmes et Artemisia s’engage à former la gente féminine qui oeuvre dans le secteur de l’agriculture pour une bonne production en même pour objectif de soutenir les efforts des chercheurs.

Herman Tumpa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *