RDC : L’UNICEF s’inquiète de la baisse du taux de la couverture vaccinale.

Dans un communiqué parvenu à la rédaction de C-actu.com, le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) exprime son regret sur la baisse des taux de vaccination en République Démocratique du Congo. L’agence onusienne estime que cela pourrait entraîner la résurgence de maladies mortelles. Et constitue un risque d’exposer les enfants à des maladies telles que la poliomyélite, la rougeole et la fièvre jaune.

Le constat est fait au cours des deux premiers mois de l’année. Cette baisse est probablement due à des problèmes bien établis, tels que la faiblesse des systèmes de chaîne du froid, la faible couverture et l’insuffisance des stocks.

Ce document indique qu’en RDC, le Programme Elargi de Vaccination (PEV) fait maintenant face à un nouveau défi qui va presque certainement aggraver la situation de la pandémie de COVID-19. C’est par manque d’accès à l’équipement adéquat de protection du personnel soignant contre la maladie à coronavirus. C’est qui crée une réticence auprès de la population d’assister aux séances de vaccination de peur de s’exposer ainsi que leurs enfants à cette pandémie qui constitue une menace de la vie humaine.

L’UNICEF a en outre souligné qu’aux mois de janvier et février de cette année , une baisse de la couverture vaccinale a été constaté par rapport à la même période de l’année dernière. La couverture vaccinale contre toutes les maladies de la petite enfance (hépatite B, diphtérie, tétanos, coqueluche et Hib) a diminué de 2 à 10 %, tandis que les taux de couverture vaccinale contre le poliovirus ont baissé de 8,4 % pour le VPI et de 5,4 % pour le VPO3. La couverture des autres vaccins contre la varicelle, la rougeole, la fièvre jaune, les maladies à pneumocoques et les rotavirus a diminué de 4,5 à 1,5 %. Les chiffres sont alarmants : 86 905 enfants n’ont pas reçu le vaccin oral contre la polio ; 74 860 enfants n’ont pas reçu une dose du vaccin contre le tétanos, la diphtérie, la coqueluche et l’hépatite B-Hib3 ; 107 010 n’ont pas reçu le vaccin contre la fièvre jaune ; et 84 676 enfants n’ont pas été vaccinés contre la rougeole.

« Si la faiblesse de la couverture vaccinale persiste, elle impactera sur les progrès réalisés au cours des deux dernières années dans la lutte contre les maladies mortelles évitables par la vaccination, telles que la rougeole. Plus le nombre d’enfants non vaccinés ou sous-vaccinés est important, plus le risque d’épidémies est élevé et cela ne fera que mettre à dure épreuve un système de santé déjà surchargé. » a déclaré Edouard Beigbeder Représentant de l’UNICEF en RDC.

Dans un pays où seulement 35 % des enfants âgés de 12 à 23 mois sont entièrement vaccinés avant leur premier anniversaire, les enjeux sont élevés. La RDC pourrait potentiellement perdre sa certification de pays exempt de polio et pourrait voir une résurgence des épidémies de rougeole et de fièvre jaune. Cela pourrait avoir un impact dévastateur sur les enfants vulnérables dans les zones touchées par le conflit et l’insécurité, ou sur ceux qui vivent dans les provinces reculées du pays.

A cet effet, l’UNICEF invite le gouvernement au lancement des campagnes de rattrapage et à intensifier les activités de vaccination dans l’ensemble du territoire national afin d’atteindre tous les enfants avec les vaccins qui leur sauveront la vie. Il a par ailleurs, martelé qu’il est nécessaire d’augmenter les stocks de vaccins et de consommables pour l’administration des vaccins, ainsi que l’équipement de protection individuelle des agents de santé. Le message de L’UNICEF est également adressé aux donateurs internationaux à soutenir les efforts de vaccination du gouvernement en s’engageant à lui apporter un soutien généreux sur plusieurs années.

Hermann Tumpa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *