La Fondation Grace Monde invite le gouvernement à dédommager la femme de Né Muanda Nsemi pour l’avoir humiliée en public

Les traitements humiliants et dégradants infligés à l’épouse de Ne Mwanda N’semi lors de l’arrestation de ce ce dernier ont suscité la fureur des organisations de défense des droits de la femme ; C’est le cas de madame Grace Mbongi, présidente de la fondation Grace Monde qui condamne avec la toute dernière énergie le viol des droits de la femme garantis par la Constitution du pays.

 » En son article 14, il est dit que les pouvoirs publics prennent des mesures pour lutter contre toute forme de violences faites à la femme dans la vie publique et dans la vie privée. Plus à l’article 16, il est indiqué que nul ne peut être soumis à un traitement cruel, inhumain ou dégradant »: a évoqué Grace Mbongi.

Elle indique que toute personne accusée d’une infraction est présumée innocent jusqu’à ce que sa culpabilité soit établie par un jugement définitif. « Arrêtée dans maison, il n’a pas été prouvé que cette femme est une actrice politique ou un élément criminel pour qu’elle soit battue, humiliée publiquement », regrette la présidente de la fondation Grace Monde.

Cette dernière s’insurge également contre le laxisme de la police nationale ayant permis à la presse de recueillir la réaction à chaud de l’épouse de Né Muanda Nsemi sur le combat, les revendications de son mari juste après le coup de force des éléments de force de l’ordre. Elle qualifie cet acte de cruel et désagréable violant sur le plan journalistique la déontologie, voire l’éthique. « En laissant faire cette interview-reaction, le commandant de la police à vraisemblablement fait le choix d’un discours politique » : a fustigé Grâce Mbongi.

La Fondation Grace Monde réclame par ailleurs une réparation publique, il s’agit notamment de présenter des excuses à cette dame et la dédommager conséquemment.

Lionel Kioni

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *